imprimer
Ajouté le 31 Mars 2020
Lettre à toutes les communautés éducatives de Pierre Santini Délégué de Tutelle des Filles de la Croix

Paris, le 30 mars 2020.

 

 

 

 

 

A tous les membres des communautés éducatives du réseau Filles de la Croix

 

 

 

Et soudain le monde s’est arrêté…

Ce devait être une année d’activité dense, - plus que d’habitude ! - pleine de richesse. Une année qui allait nous

plonger dans l’histoire de la congrégation des Filles de la Croix.

 

Ce devait être une année nous allions fêter le bicentenaire non pas d’une installation mais d’un déplacement ; le déplacement des Filles de la Croix vers La Puye pour répondre à la mission qui était la leur à cette époque : instruire les enfants et soigner les malades, être au plus près des pauvres de ces campagnes.

Partout au sein de notre réseau, il y avait des idées de fêtes, de rassemblements, de rencontres et soudain… le monde s’est arrêté.

L’incrédulité a cédé la place à la stupéfaction. Nous avons vu les écoles se fermer, les cours de récréation se vider, les salles de classe devenir tristement silencieuses. Ainsi, tout pouvait être remis en cause d’une manière que nous n’aurions pu imaginer quelques jours plus tôt !

Beaucoup d’entre vous nous ont dit leur stupeur, leur désarroi et leur tristesse de voir leur établissement vide, de ne plus entendre de cris et de rires d’enfants, de ne plus se croiser et se parler en salle des profs, de ne plus pouvoir enseigner, éduquer, accompagner des enfants et des jeunes à qui vous vous êtes toujours dévoués.

Oui, nous savons combien il est difficile de coordonner une équipe, de conduire un conseil de classe, d’enseigner, d’aider chacun à progresser derrière son écran, depuis son ordinateur.

Qu’ils sont tristes nos métiers sans cette relation interpersonnelle qui nous porte, sans cette rencontre simple qui nous donne toute notre place et permet à l’Autre d’exister !

 

 

Et pourtant vous êtes là !

Oui, vous êtes là ! Vous avez été là dès le premier jour.

Vous avez été là, Chefs d’établissement, équipes de direction, personnels d’éducation, enseignants, personnels d’entretien et de service, dès qu’il a fallu penser une nouvelle organisation, assurer la continuité pédagogique, suivre des élèves en difficulté ou bien encore ouvrir des locaux propres et sains pour accueillir les enfants des soignants.

Vous avez été là, membres bénévoles des OGEC, pour veiller à la stabilité financière des établissements qui pour certains, nous le savons, seront économiquement touchés.

A vous tous qui, malgré le confinement, savez être si présents même à distance, nous voulons vous dire, au nom de la tutelle, un immense MERCI !

Merci de votre adaptabilité. Merci de votre professionnalisme.

Merci pour ce temps donné sans compter.


Nous voulions fêter le bicentenaire d’un déplacement et peut-être que finalement, grâce à vous, nous sommes en train de le faire !

Oui, c’est un vrai déplacement, même confinés, que vous êtes en train de vivre.

 

Déplacement dans vos pratiques et vos méthodes de travail, déplacement dans votre façon d’appréhender votre métier, déplacement dans les réponses à apporter aux problèmes complexes qui se posent à vous en ces jours de tension et d’inquiétude légitime.

Vos innovations, votre adaptabilité sont sans doute aujourd’hui ce qui nous relie à Sainte Jeanne-Elisabeth et Saint André-Hubert, nos fondateurs. Qu’ont-ils fait si ce n’est, en permanence, de s’adapter aux problèmes de leur temps pour répondre aux besoins des plus fragiles dans une période de l’histoire particulièrement tourmentée ?

Merci pour cet enrichissement qui nous permettra de mieux fêter encore ce bicentenaire… plus tard, lorsque le

temps de la fête sera revenu.

 

 

Car il y aura un après !

Et nous sortirons de cette épreuve plus riches que nous n’y sommes entrés. Ce ne sera pas grâce à la bourse ou

à quelque spéculation financière. Non, ce sera grâce à vous !

 

Le temps viendra nous pourrons partager tout ce que vous avez inventé, créé pour votre établissement, pour vos élèves, pour leurs familles.

Le temps viendra où nous pourrons réfléchir ensemble aux nouveaux modes de management, aux nouvelles organisations que cette situation a engendrés et qu’il vous semble opportun de conserver, d’améliorer, de poursuivre, d’enrichir…

Le temps viendra nous ferons le bilan de ce que nous avons appris de cette situation et du modèle de société que nous voulons laisser à nos enfants.

C’est sans doute le principal enseignement qu’il nous faudra tirer de cette crise sanitaire : finalement, dans le quotidien de notre activité professionnelle, quel homme voulons-nous former aujourd’hui pour quelle société, demain, plus humaine, plus solidaire, plus respectueuse de la planète et de ceux qui y vivent, parfois dans des conditions de dénuement extrême pour certains ? Sur cette question l’Ecole, en général, est en première ligne et le charisme de notre Congrégation, en particulier, nous amènera à y réfléchir plus spécifiquement.

Alors qu’une troisième semaine sans école commence et que débuteront dans quelques jours les vacances scolaires de la première zone, nous voulons vous souhaiter force et courage pour la fin de cette période scolaire si particulière. Que les vacances qui arrivent soient reposantes et, malgré le confinement, que les fêtes de Pâques soient joyeuses ! Elles nous rappellent notre Espérance en Celui qui ne cesse de nous dire que la Vie sera toujours plus forte que la mort car la mort a été vaincue. C’est en Lui que nous puisons notre force !

Cette année de bicentenaire sera aussi celle du vingtième anniversaire du décès de Sœur Maria-Laura, Fille de la Croix italienne, décédée en 2000 à Chiavenna. C’est à elle que nous laissons le mot de la fin en vous souhaitant de « faire de votre vie quelque chose de beau pour les autres. »

 

 

Pierre SANTINI Délégué de tutelle

Et l’ensemble du Conseil de tutelle